La dette un fardeau inéluctable?

Une proposition pour l'amortir.

 

Nous ne comprenons pas pourquoi la révision des taux d'emprunt de l'état est un sujet tabou, aussi bien dans la presse que chez les politiques, gauche et droite confondues, sommes nous naïfs ou stupides ?

 


 

 

Nous ne prenons en compte ici QUE la DETTE DE L'ETAT au sens strict, hors dette des Collectivités Territoriales et Sécurité Sociale et Caisses de retraites qui représente 400 Mrds €.

Comme la durée de vie moyenne de la dette est de 7 ans et si l'Etat négocie les taux de ses nouveaux emprunts dès maintenant à 1,5%, la dette commencera à diminuer (s'amortir) en 2020. (courbe bleue).

Toutes choses égales par ailleurs la dette actuelle dans ce scénario serait amortie (remise à zéro) en 2042..

 

Ce graphique montre que malgré des mesures d'économies et d'augmentation de la fiscalité très fortes, la dette continuera de s'accroître dans les dix années à venir et au delà. (courbe rouge)

Toutes choses égales par ailleurs (les mesures actuelles étant poursuivies) la dette actuelle commencerait à s'amortir en 2030 et s'élèverait à cette époque à 1847 Mrds €.

 

Les mesures fiscales et d'économies budgétaires prises par le gouvernement sont fortement déflationnistes et pénalisent l'activité économique, on voit mal comment elles pourraient se poursuivre ainsi dans le long terme.

 

Nous ne comprenons pas pourquoi la révision des taux des nouveaux emprunts de l'Etat est un sujet tabou, aussi bien dans la presse que chez les politiques, gauche et droite confondues, sommes nous naïfs ou stupides ? Qui peut nous répondre ?

 

                                             MIchel Escoffier 30 decembre 2013

 

 

PARAMETRES :

Dette de l'état en 2013 : 1440 Mrds € (estimée compte tenu des mesures budgétaires annoncées)

Dette:durée de vie moyenne 7 ans-source INSEE

Taux d'inflation moyen : 0,9% - estimé d'après les données INSEE

Taux de croissance estimé de 0,1% en 2013 à 1% en 2017, ce qui est optimiste

1 -Taux d'intérêt moyen de la dette : 3,56% - calculé, pour le scénario 1 'fil de l'eau', mesures actuelles (courbe rouge)

2 -Taux d'intérêt moyen de la dette révisé à 1,50% à partir de 2016, scénario 2 'volontariste' (courbe bleue)

 

 

Réponse de  François GOUBARD

Il y avait un bon clin d’œil ce matin sur BFM vers 8 h , une chronique de Jean Marc Daniel sur BFM BUSINESS radio, qui nous faisait part de quelle manière on avait supprimé la « gabelle » cet impôt sur le sel que certains voulaient augmenter et d’autres le supprimer……

 

BREF, un bon impôt est un impôt supporté par le plus grand nombre. Et il ne semble pas que les députés qui ont fait de la surenchère en votant la loi de finances tel le rapporteur Eckert soient bien conscients de la situation de nos entreprises. Ce sont des révolutionnaires d’un autre temps. On devrait les envoyer en formation forcée en ENTREPRISE, pour qu’ils apprennent comment cela fonctionne vraiment. Eckert n’a sans doute jamais gagné un centime en travaillant. Il ne doit vivre que d’indemnités d’élus car son raisonnement démontre qu’il ne connait pas comment fonctionne le moteur de notre économie.

 

A tous les contributeurs « avertis » de PUPI, je vous incite à faire des efforts pour former nos élus de gauche car trop peu d’entre eux savent comment se crée de la valeur ajoutée, d’ailleurs ils ne connaissent sans doute pas le terme.

Oui, il faut leur apprendre à économiser, à voter une limite de leurs retraites pour « tous » les ELUS de tous genre, mettre un principe qui fasse qu’on ne peut avoir plus de retraite que si on avait fait une carrière complète « normale »

Actuellement, demandez à AUBRY, AYRAULT, et bien d’autres, comment ils s’y prennent pour obtenir des retraites qui vont arriver à 30 K€ par mois.

C’est drôle, ils ont 5 ou 6 fonctions en même temps , à croire qu’ils y passent un temps plein dans chacune.

Ce sont des tricheurs, mais la DROITE fait la même chose.

ALORS, il faut du courage et mettre tout cela à plat , penser aussi à imposer les 6000 € environ dont disposent députés et sénateurs non imposable versés sans contrôle.

Quel chef d’entreprise ou profession libérale dispose de cela. Les contrôleurs des impôts traquent même une note de restaurant sur laquelle ne figure pas le nom du client et si c’est un samedi, alors cela ne passe pas et c’est réintégré avec pénalités de retard et intérêts…..

Bref, il y a une fiscalité à deux vitesses, rien pour ceux qui font les lois et tout pour les autres.

 

Il faut leur apprendre à s’imposer à eux-mêmes ce qu’ils veulent appliquer aux autres.

La France a besoin d’une équipe de « CONSULTANTS chargés DE LA RESTRUCTURER ». bientôt on aura le FMI qui nous enverra la TROÏKA comme les GRECS.

Cela veut dire qu’il faut réduire les dépenses de 100 milliards en 3 ans ; baisser les impôts sur les sociétés, les impôts des particuliers, supprimer l’ISF, mettre la TVA à 22 % pour renchérir les produits importés pour la ramener ensuite à 20 quand on aura réduit la dette à 50 % du PIB.

Pendant ce temps, une forte baisse des impôts aura permis de créer une dynamique de consommation et sans aucun doute de recréer des entreprises, diminuer fortement le chômage, remettre à l’équilibre les caisses d’indemnité du chômage, (ramené à un an maxi et de façon progressive au-delà de 6 mois l’indemnisation).

On aura réduit d’au moins un tiers les dépenses sociales, supprimé toutes les aides de la caisse d’alloc aux personnes autres que membres de la communauté européenne et obliger une présence d’au mois 5 ans sur le territoire, y être entré légalement, etc… il ne faut plus inciter à l’immigration non choisie en distribuant à tout va des alloc à ces gens.

 



Réagir


CAPTCHA