PEUGEOT , AIR LIQUIDE

 quoi de commun ?

 

 

Peugeot: valait vers le 17 juin 2012,  2 milliards d’euros. Au même moment  BMW en vaut 36, 7  et Volkswagen  62.  La famille détient à ce jour via une holding 25,4% du capital et 38,1% des droits de vote, et  General Motors en détient 7%.

Même si le capital semble verouillé, on  sait que les solidarités familiales ont des limites en cas de besoin et d'offre inespérée.

 

Air Liquide: une Ste qui marche très bien, bons résultats, qui colle bien à l évolution du marché ,  très innovante. Elle soigne ses actionnaires individuels (les autres aussi de ce fait). Un peu trop même car elle distribue environ 50%  de son bénéfice

.

Pourquoi 50% ? Son capital est reparti entre les actionnaires individuels (37%), les zinzins (investisseurs institutionnels français) : 21%, et les zinzins non français : 42%.La proportion des investisseurs individuels diminue régulièrement : 39,9% en 2002 et 65% en 1990 (1). Celle des zinzins non français augmente régulièrement (36% en 2010, 40% en 2011) .

Le management craint comme la peste une OPA qui sera forcement étrangère. La France, les salariés auraient aussi à craindre une OPA. Les investisseurs type fonds , hedge ou non n'ont aucun état d’âme.

La Direction , a distribué un dividende de 2,5 euros par action en 2012 et attribue pratiquement tous les deux ans une action gratuite pour dix. Elle soigne les actionnaires fidèles : pour ceux qui détiennent leurs actions depuis plus de deux ans le dividende et la distribution d' action gratuite sont majorées de 10%. La distribution gratuite a entre autre l'avantage de ne pas ponctionner la trésorerie de l'entrprise.

 

En résume Peugeot comme Air Liquide ne sont pas à l'abri d'une OPA même si dans l’immédiat l’une et l’autre sont protégées.

 

Qui dit OPA, dit démantèlement de l'entreprise. Disparition du siège social, fermeture d’usines. Que ceux qui n'en sont pas convaincus se souviennent de ce qui est arrivé. à PUK (Péchiney Ugine Kuhlmann. En 2003 la Commission Européenne refuse une fusion à trois (avec Alcan et le suisse Algroup) pour cause d’abus de position dominante. Depuis tous ces groupes ont été rachetés et n’existent plus en tant que tel. En 2012 une nouvelle Sté Alcan EP sera créée. Cette Sté reprend les anciennes activités de PUK. Le propriétaire, un fonds américain, cédera 10% de la nouvelle société, Constellium, au FSI, géré par la CDC (Caisse des Dépots et Consignation). Constellium emploie 5000 salariés en France (2) et y installe le siège social. La sté travaille pour le TGV, l’aéronautique, l’automobile). Tout n'a pas été perdu !!!

 

 

Quoi faire : le fonds souverain français, la CDC, ne pourrait-il pas intervenir au capital des deux sociétés ? Qui doute du redressement de Peugeot ? L’entrée se ferait à un prix attractif, l’opération serait plus couteuse concernant Air Liquide.

Souvenons- nous du rachat d’Arcelor par Mittal. Une fois le coup lancé, il n’a plus été possible de l’arrêter. Depuis les fermetures de site industriel (hauts fourneaux) se succèdent.

 

(1) Livret de l'actionnaire de 2005

(2) informations/Wikipedia)

 

16 09 2012.  François Escoffier

 

 

 

Vous pouvez écrire soit sur le site soit à l’adresse suivante pupi.site@gmai.com 



Réagir


CAPTCHA