Deux faits divers qui montrent que la bétise existe partout dans le monde

 

Les paramètres peu intelligents de Facebook

 

Vous avez sans doute vu il y a quelques décennies et une nouvelle fois récemment, cette photo remarquable de cette petite vietnamienne fuyant nue le napalm pendant la guerre que menaient les américains dans son pays. Il s’agit de la photo de Kim Phùc Phan Thi prise le 08.06.1972, publiée après hésitations dans le New York Times en 1972; elle est devenue ambassadrice de bonne volonté de l’Unesco en 1994.

Cette photo a dans un premier temps été censurée par les paramètres actuels de Facebook, parce que c’est une photo de nu et une photo qui pourrait inciter  croient certains à la pédophilie. 

Je comprends que des moteurs de recherches doivent simplifier et rendre efficaces leurs recherches, encore faudrait-il que des humains ouverts et intelligents les paramètrent.  

Il est grave de constater qu’il a fallu que la semaine dernière, une intervention publique vigoureuse en Norvège pour que le géant américain réfléchisse et revienne sur sa décision stupide. 

 

Voici ce qu’en ont dit des médias

 

Facebook a plié devant la grogne populaire et cessera de censurer la célèbre photographie d'une petite fille nue fuyant les brûlures du napalm, pendant  la guerre du Vietnam.  RADIO-CANADA AVEC AGENCE FRANCE-PRESSE, THE GUARDIAN ET LE NOUVEL OBSERVATEUR .  

Le quotidien Aftenposten, le plus important de Norvège, avait publié la même photographie il y a quelques jours, et avait reçu de Facebook l'instruction de la supprimer ou de la brouiller !!!. Le réseau social n'avait cependant pas attendu la réponse du quotidien pour retirer lui-même la publication. 

Finalement, ce journal a  publié la photo à la une de son édition papier, vendredi, de même qu'une lettre ouverte adressée à Mark Zuckerberg, le fondateur et grand patron de Facebook, et titrée 

« Cher Mark ». Je t'ai écrit cette lettre parce que je suis préoccupé par le fait que le média le plus important au monde limite la liberté au lieu d'essayer de l'étendre, et parce que cela se produit d'une façon parfois autoritaire.      

Le rédacteur en chef Espen Egil Hansen, dans sa lettre à Mark Zuckerberg

Les critiques avaient commencé à se faire entendre en Norvège, où de nombreux utilisateurs avaient défié le réseau social. La première ministre Erna Solberg s'était jointe au mouvement en partageant le puissant cliché pris en 1972 par le Vietnamien Nick Ut Cong Huynh, de l'Associated Press. 

On y voit Kim Phúc Phan Thi, alors âgée de 9 ans, en fuite après une attaque au napalm sur son village de l'aviation du Vietnam du sud, allié des États-Unis contre les forces communistes du Nord. L'expression de douleur et de terreur qu'on peut lire sur son visage, et qui rend bien concrète la notion       d'« horreur de la guerre », a contribué à faire de cette photo l'une des plus connues de l'histoire.

Mais comme l'enfant y est nue et vue de face, Facebook considérait qu'elle contrevient à ses règles d'utilisation et avait par conséquent supprimé ces derniers jours plusieurs publications qui l'incluaient, avait censuré sa publication et avait même suspendu les comptes de plusieurs usagers !!!

Mais la pression populaire a fait heureusement son oeuvre.

En raison de son statut d'image emblématique et de son importance historique, [...] nous avons décidé de replacer l'image sur Facebook là où nous savons qu'elle a été retirée.

Facebook, dans une déclaration envoyée à quelques médias

L'entreprise s'est engagée à « modifier ses mécanismes » pour permettre le partage de la photo, ce qui devrait prendre quelques jours.

Tollé chez les internautes

Les Norvégiens, grands défenseurs des droits et libertés, n'allaient pas tolérer cette censure. Ils avaient été nombreux à partager la photo en question, à commencer par leur première ministre.

« Ce que Facebook fait en supprimant ce genre d'image, malgré ses bonnes intentions, revient à modifier des pans de notre histoire commune», avait écrit Mme Solberg sur sa page personnelle du média social.  "Je veux que mes enfants et les autres enfants grandissent dans une société où l'histoire est enseignée comme elle s'est déroulée. Où ils peuvent retenir des leçons des événements historiques et des erreurs qui ont été commises".

On voit à quel point la liberté d’expression reste un combat.

Joseph Chantraine

 

 

Hélas, la stupidité est très répandue dans le monde quand on voit cet autre fait divers

 

FÉDÉRATION DE RUSSIE

Incarcéré pour avoir joué à Pokémon Go dans une église

Il est des pays où afficher publiquement que l’on n’a pas de religion peut mener droit en prison. C’est ce qui est arrivé à Rouslan Sokolovski, étudiant russe en droit de 21 ans connu dans le pays pour ses blogs athées. Il est incarcéré pour avoir joué au jeu Pokémon Go (qui permet d’"attraper" virtuellement des Pokémons sur son téléphone) dans une église et avoir regretté, dans une vidéo, de ne pas avoir attrapé le plus rare des Pokémons, Jésus...

De la provocation bien sûr, pour dénoncer l’absurdité de la législation qui érige en infraction les offenses aux convictions des croyants en Russie, introduite en 2013 après le procès des membres du groupe Pussy Riot accusées de "houliganisme" pour leur prestation dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou.

Aujourd’hui incarcéré, Rouslan risque jusqu’à 5 ans de prison.

 

 

Joseph Chantraine  14 09 2016

 

 



Réagir


CAPTCHA