Abbé Pierre, la Grèce et la loi Macron

"Pourvu que ça ne dure pas"

 

Réflexions de l’Abbé Pierre applicable à la dette grecque par exemple

 

"Ne peut-on dire, comme un principe de philosophie politique, sans que cela soit blessant pour personne(mais il faut le dire car c'est la vérité, l'expérience  le prouve tous les jours), que lorsque les hommes , fussent-ils les plus intelligents, en sont venus à être capables de vivre sans tourment et sans inquiétude parmi les multitudes qui manquent du nécessaire, alors, même si ce sont les plus intelligents de la terre qui vivent sans inquiétude parmi ceux qui souffrent injustement, cela les rend idiots et incapables de comprendre. Ils deviennent aveugles devant les problèmes les plus simples, cherchent des solutions à dormir debout et ils ne voient pas ce que tout le monde voit.  Ils ne voient pas ce qui est urgent. Ils ne voient pas ce qui est le premier problème."

 

(Abbé Pierre, Conférence au parc Chanot,  Marseille, 31 mai 1954)

In Abbé Pierre pensées inédites pour un monde plus juste

Cherche midi décembre 2014

 

La personne qui a envoyé ce texte à ses amis avait écrit  dans l'objet : « Pourvu que ça ne dure pas". Pour qui connaît la potion très amère administrée aux Grecs, on souhaite une politique moins violente (1). Souvenez vous : de la mère ayant accouchée et qui   doit quitter l hôpital sans son bébé parce qu’elle n’avait pas réglé la note, les coupures définitives d'électricité,  les expropriations à répétition pour ceux qui ne peuvent plus rembourser le crédit. Le premier ministre Tsipras veut entre autre les arrêter (en rééchelonnant les emprunts). C’est mieux que de gaver les banques de biens immobiliers qu’elles auront du mal à vendre, comme en Espagne. Les changements que souhaitent Syriza (2)  n’ont rien d’exorbitants pour la plupart.

Et à l’inverse la Grèce n’a toujours pas de cadastre. Pendant la campagne électorale les grecs ne payaient  plus leurs impôts, le recrutement dans l’Administration se fait essentiellement sur le piston, le TVA est l’une des plus fraudés d’Europe (1).

 

Quel rapport entre le texte de l’Abbé Pierre et la loi Macron : AUCUN, Mais il y a un rapport entre la situation de la Grèce et la loi Macron. Vous constatez que les mesures imposées par la troïka à la Grèce, dont un certain nombre sont justifiées, ont plongé bon nombre de Grecs dans la misère.  Celles proposées par la loi Macron sont, pour le plus grand nombre, destinées à créer des emplois, à éviter le chômage qui est la  plus grave conséquence de la crise.

Quelques exemples tirés du « catalogue »: le travail le dimanche, qui n'est certes pas un plus, Édouard Leclerc a dit qu'il était contre, une étudiante vue à Marseille était très satisfaite de pouvoir travailler le dimanche matin chez Intermarché.  Les ouvertures de lignes de bus inter cités,  ce n'est pas très écologique,  c'est certain,  mais ce sera assurément des emplois créés.  La SNCF à déjà réagi en créant  l'abonnement illimité à 59€ par mois et en faisant de la publicité  pour Idibus sur les trajets français.

 

L'obligation des notaires de quitter leurs études à.....70 ans contribuera aussi à créer quelques emplois (57000 personnes travaillent dans le offices , pas tous notaires  bien sûr). 

 

Les mesures contenues dans la loi Macron ne vont pas jeter des milliers de personnes à la rue.  Parmi ceux qui ont du travail, nombreux sont contre, et ceux qui sont au chômage sont pour.

N’oublions pas qu’un salarié réduit au chômage de longue durée risque d’être exproprié de son lieu d’habitation (propriétaire ou locataire) dès  qu’il aura épuisé tous les recours.

 

Dans la situation actuelle de la France, s’imaginer  que tout rentrera dans l’ordre sans efforts des uns et des autres, relève du rêve.

 

François Escoffier le 13 mars2015

 

 

(1)Marie Bartnik lefigaro.fr 27 février

« …….le budget grec est désormais en excédent. Cet ajustement s'est fait au prix d'une compression des dépenses qui a touché les plus vulnérables, plutôt que de réformes structurelles», déplore le FMI dans un rapport récent. Le taux de chômage a en effet bondi, à 26% de la population active, et la pauvreté touche désormais près d'un quart des Grecs.

 

Yanis Varoufakis l'a lui-même admis: il manque encore à la Grèce «une culture de la soumission à l'impôt». Les gouvernements successifs, aidés par la Troïka, ont initié une refonte de la fiscalité grecque. L'impôt sur le revenu et la taxe sur les propriétés ont été revus, pour les rendre plus simples et élargir le nombre de contribuables assujettis. Désormais, les terrains ruraux et les locaux commerciaux seront par exemple taxés. Un impôt progressif sur la richesse a aussi été introduit.

Mais: Le paiement des impôts n'est toujours pas le point fort des Grecs. Il n'existe pas encore de cadastre et la faude fiscale reste un sport national. LA TVA grecque, que le gouvernement d'Alexis Tsipras devra désormais réformer, est par exemple l'une des plus fraudées d'Europe

 

(2)  Quelles demandes le gouvernement grec formule-t-il ?

Le ministre des finances Yanis Varoufakis avait prévenu que le document du gouvernement grec « sera rédigé de façon à satisfaire à la fois la Grèce et le président de l’Eurogroupe ».

On y retrouve notamment les demandes suivantes : pouvoir abaisser le niveau d’excédent primaire du budhet de l’Etat grec (avant paiement des dettes) pour les années 2015 et 2016 au-dessous du seuil de 3 % du PIB prévu par le programme actuel, et relever le plafond d’émissions de bons du Trésor.

Athènes souhaite également pouvoir appliquer une partie de son programme d’urgence sociale. Un premier projet de loi relatif au gel des saisies et mise aux enchères des biens immobiliers des foyers surendettés devait être présenté dès jeudi au Parlement.

En échange, le gouvernement grec verrait d’un œil positif certaines des exigences de la « troïka » telles que le lancement de réformes visant à renforcer l’indépendance de l’administration fiscale et la modernisation du système judiciaire afin de lutter contre les oligarques.

En revanche, le pays refuse toute nouvelle baisse des retraites, hausse de la TVA ou flexibilisation du droit du travail… Et ne veut pas entendre parler de mesures unilatérales.



Les réactions

Avatar Joseph Chantraine

Non seulement, une "indépendance de l'administration fiscale" est indispensable mais aussi un cadastre, une fiscalité sur les armateurs protégés par la constitution semble-t-il, une culture de l'impôt et de l'autorité de l'Etat devrait être instaurée.
Où en est-on depuis que les projecteurs médiatiques se sont éloignés ??
Joseph Chantraine 07.03.2016

Le 07-03-2016 à 12:22:50

Réagir


CAPTCHA