Israël va-t-il se suicider ?

 

 Depuis 1948, Israël est toujours convaincu de sa supériorité militaire. Un événement majeur change la donne le 17 décembre 2011. A Sidi Bouzid en Tunisie, c'est le début du printemps arabe

 

Nul ne sait la date de l'été qui suivra le printemps arabe. Dans 10 ans, dans 20 ans, davantage ? Entre 1789 et 1870, il s’est passé 80 ans pour installer la démocratie, l’état de droit. On peut penser que le niveau de formation des populations et internet contribueront à accélérer le processus dans les pays arabes touchés par le printemps.

 

Israël ne doit il pas saisir maintenant l'occasion de faire la paix ?

 

Quand l'été arabe aura succédé au printemps ce sera trop tard. L’économie des pays arabes aura fait des pas de géants: l’état de droit sera institué, l'alternance respectée. Les investisseurs, arabes en priorité (les pétro monarchies), les BRICS, et  les occidentaux, se seront précipités.

 

Quand les pays arabes seront forts économiquement, ils deviendront forts militairement: ils auront l'argent, l’industrie et les ingénieurs

Qui peut s'imaginer que les pays musulmans qui entourent Israël (1), 290 millions d'habitants  en 2011) n'interviendront pas militairement en faveur des palestiniens à l’occasion d’un des conflits à répétition entre Israéliens et Palestiniens

 

Si Israël persiste dans sa ligne sans concession, cette attitude ne doit elle pas être assimilée à un suicide ?

 

Ce petit pays a le droit de vivre. Les royaumes juifs , deuxième millénaire avant JC, tombèrent progressivement dans les mains de multiples envahisseurs (2)

Et fait plus grave en 66/73 après JC, premier exil forcé des juifs par les Romains. En 628, expulsion totale des juifs de la région par l’Empire byzantin. Puis jusqu’en 1947, la terre juive sera dominé par les arabes puis par les ottomans.

Enfin drame final : extermination de millions de juifs dans les chambres à gaz.

 

Quel peuple a subi de tels drames au cours de son histoire ?

 

Il est temps de faire la paix. mais pour faire pour faire la paix, il faut être deux, et l’autre c’est l’ennemi.

 

Côté palestinien, la question des colonies est un véritable blocage. Une constatation : il y a 1,5 millions d’arabes israéliens (20% de la population) et pourquoi n’y aurait –il pas 300 000 juifs palestiniens (nombre actuel des colons). Pour l’instant cette solution est inimaginable tant les haines sont violentes. Mais imaginer que la paix revienne, des arabes vivent bien en Israël et de nombreux juifs ont vécu dans les pays arabes.

Il y 3,7 millions d’habitants en Cisjordanie et Gaza et un peu mois de 2 millions de palestiniens en Jordanie, Liban et Syrie. Pour l’instant les colons ne représenteraient que 8% de la population vivant sur le territoire palestinien.

Il y aurait un avantage à ce que les colons restent sur place dans un état palestinien : chacun des deux Etats auraient tout intérêt à bien traiter sa minorité pour que l’autre fasse de même.

 

11 /12/12

 

  1. Egypte, Iran, Arabie Saoudite, Irak, Syrie, Yémen, Jordanie, EAU, Koweït, Oma, Qatar, Bahreïn
  2. Assyriens, Babyloniens, Perses, Grecs, Romains, Sassanides et Byzantins.

Vous pouvez intervenir dans le débat soit sur le site, soit en écrivant à l'adresse suivante : pupi.site@gmail.com

 

COMMENTAIRES

>

> Il existe un paramètre qui me semble très important dans ce conflit, paramètre que j'avais entendu dans la bouche de Hubert Védrine, alors ministre des Affaires Etrangères, lors d'un débat entre Leïla Shahid et l'ambassadeur d'Israël en France à l'époque (en 1997) :

> sauf génocide perpétré d'un côté ou de l'autre, les deux populations sont "condamnées" à s'entendre. Quoiqu'il arrive, dans dix ans, un siècle ou mille ans, mais le plus rapidement possible est souhaitable, les deux populations vivront en bonne intelligence, et auront chacune leur territoire (si ce concept existe toujours). La seule question qui se pose est de savoir QUAND, mais aussi COMMENT ?

>

> Je crois que malheureusement, les hommes ne semblent pas prendre en considération cet argument basé sur l'évidence. Il n'y a, dans l'histoire, que les génocides, ou tentatives de génocides qui renient cette évidence, et les génocides n'ont jamais permis de créer des sociétés nouvelles, quoiqu'en disent certains malades de la violence et du racisme.

>

Bernard Gondouin 



Réagir


CAPTCHA