François Hollande va-t-il échouer ?

 

Francois Hollande va-t-il échouer de peur de déplaire à son électorat ?

 

 

En arrivant au pouvoir. Lula n'a pas hésité à déplaire à son électorat en faisant le nécessaire pour se libérer de la tutelle encombrante du FMI: le site  preavis.org (brèche numérique) : titrait : » Pour une réorientation à gauche, après neuf mois du gouvernement Lula ». Lula était donc critiqué sur sa gauche et probablement aussi par des membres de son parti : le Parti des Travailleurs.

Huit ans plus tard RFI (Valérie Rohart)  écrit en titre  le 31 décembre 2010 : Luiz Inacio Lula da Silva, quitte le pouvoir, ce vendredi 31 décembre 2010, avec plus de 80% d'opinions favorables

 

La voie était étroite pour Lula. La politique suivie par son  prédécesseur, censée tirer le pays de l'ornière, ressemblait à la potion magique administrée à la Grèce et à l’Espagne. Laurent Delcour du CETRI écrivait

 

. A la veille de l’investiture de Lula, en janvier 2003, l’économie brésilienne se trouvait littéralement à genoux. Les politiques économiques de son prédécesseur, Fernando Henrique Cardoso, fondées sur le triptyque « privatisation-libéralisation- rigueur budgétaire et monétaire », avaient fait exploser la dette extérieure, qui s’est accrue de 148 à 224 milliards de dollars entre 1994 et 2002, soit un ratio dette/PIB passé de 29,2 à 56,6 %. Alors que le pays se trouvait au bord du gouffre financier et que la machine économique brésilienne paraissait complètement enrayée, la perspective de voir le PT, le plus grand parti de gauche d’Amérique latine, gouverner la première économie du continent, aggravait davantage encore ces difficultés, exacerbant les craintes d’investisseurs et la panique des marchés.

 

 

  • LES MAUX

J Julliard dans Marianne du 2 au 8 février 2013 écrit : « Il y a le feu », il reprenait cette expression de Michel Rocard. J. Julliard poursuit «  il y a plus de gens qui pointent à Pole Emploi qu’à l’usine » Pas tout à fait en vérité  « le nombre de chômeurs s’est accru de 10% l’année dernière, déficit cumulé de l’assurance chômage de 18,5 mrds, le régime des retraites est parti pour un déficit d 21,7 Mrds en 2017, le montant de la dette française dépasse 1800 Mrds », il cite le déficit de la SS , celui du commerce extérieur. Et il conclut « TOUS  LES VOYANTS SONT AU ROUGE ».

L’épée de Damoclès sur la tête de la France : c’est la dette (à 60% détenue par des étrangers) engendrée par le déficit récurrent du budget de l’Etat en déficit depuis 1974.

Que faire pour résorber la dette ?

  • POUVONS- NOUS REMBOURSER LA DETTE ?

Avant de se poser la question sur la manière de rembourser la dette, il s’agit de bien l’identifier

La dette ? Les dettes, y voir clair dans les chiffres

 

La dette de l'Etat Pour avoir des chiffres précis et clairs il faut consulter les  informations de l'INSEE   .

Le déficit annoncé, trompe souvent les français car il ne comprend pas les intérêts.  C’est comme si vous construisiez votre budget personnel en ne comptant pas les intérêts d'´emprunt de votre bien immobilier. Officiellement on parle de  budget primaire, c'est à dire sans les intérêts, mais on finit par ne retenir que celui là, or ce qui compte c'est le déficit global car tant que celui ci n'est pas ramené à zéro on ne peut parler de réduction de la dette.

Au 31/12/2012, les intérêts dus par l'Etat s’élèvent à 48,8 Mrds [1]pour une dette de 1386 Mrds d’euros. Le déficit total est  de 83,6 Mrds et tant qu'il y aura 1 euro de déficit (intérêts compris) on ne remboursera pas la dette. Elle continuera à augmenter.

Quand les responsables actuels, le camp adverse aurait certainement tenu le même langage, déclarent  que le retour a l'équilibre en 2017 sera tenu, il s'agit de l’équilibre avant intérêts des emprunts  (dénommé déficit primaire).

 

Et les autres dettes  Ce sont les dettes brutes des autres organismes et administrations publics. A la fin du 3eme trimestre 2012: 227 Mrds pour la SS, 168 Mrds pour les administrations publiques locales, 37 Mrds pour les autres organismes publics.

On peut diminuer la dette si des mesures énergiques sont prises, à titre d’exemple la Cour des Comptes estime la fraude aux allocations familiales à 675 millions d’€ par an  et un syndicat de Bercy la fraude fiscale entre 60 et 80 Mrds par an.

Quel que soit le président  élu en 2017, il aura le même problème à résoudre. D’ici là la France aura soit basculé dans le camp des pays endettés qui continuent à s'endetter (voie Grèce et Espagne), soit dans celui des pays qui assainissent progressivement leur situation et qui ont toujours la confiance des marchés.

 

Aux conditions actuelles l’assainissement parait inatteignable  (voir simulations interactives publiées  la semaine prochaine).

 

Nous souhaitons que de  plus en plus de français se saisissent de ces chiffres pour qu’ils sachent ce qui les attend. Dans l'article publié sur le site la semaine prochaine "La France ne peut pas rembourser sa dette aux conditions actuelles"  le lecteur sera  invité à télécharger le simulateur Excel, et  à faire lui même des simulations. A la lecture du tableau on constate qu’il est  impossible  de rembourser la dette.

 

            LES MOYENS DE REMBOURSER  LA DETTE

 

L´inflation, la croissance aidée par  la  dévaluation ou la baisse de l'euro, l’allégement (restructuration) du service de la dette ou son annulation, les réformes structurelles

 Nicolas Baverez écrit dans LeMonde du 13 novembre 2012 « « Historiquement, les crises de surendettement ont été résolues par l'inflation, la restructuration des dettes et les réformes structurelles permettant de réamorcer la croissance. Qu'en sera-t-il cette fois-ci ? »

 

L’inflation

Il ne faut pas y compter, l’Allemagne compte tenu de son passé est résolument contre. C’est un outil toujours dangereux car une fois que la machine s’est emballée il est difficile de l’arrêter et dans ces situations les plus faibles s’en sortent difficilement. Comme l'écrit Francois Langlet dans son livre  "Qui va payer la crise ?" [2]"Personne ne sait faire un peu d'inflation,  il n'y a pas de robinet qui permette de régler précisément ce débit"

 

 

La dévaluationest la solution la plus simple, la plus efficace immédiatement. Elle est difficilement  utilisable dans le cadre de l’euro monnaie commune. Même les USA ont du mal à se faire entendre pour faire baisser le dollar «  Les Etats-Unis demandent à la Chine et au Japon de cesser d'affaiblir leur monnaie (LEMONDE.FR avec AFP | 28.12.11)

 

L’allégement de la dette:  possible, la semaine prochaine pupi publiera un budget de L'Etat et un plan de financement qui montre qu´il est impossible de rembourser la dette sans allégement du service de la dette par la diminution du taux d'intérêt moyen.

Cette solution (baisse des taux) serait possible si comme le précise Roosevelt2012 il y a un accord européen pour que la BCE prête à des organismes comme la Caisse des Dépôts, qui re-prête aux Etats à des taux aussi faibles que les prêts de la BCE aux banques.

 

La croissance

viser 1,5 de croissance pour 2014 serait un objectif très ambitieux , raison de plus pour s'y mettre dès maintenant à tous les niveaux (national et local).

"Sans restauration de la croissance en zone euro et assouplissement de la politique monétaire, il sera difficile de sortir du cercle infernal estime Marc Touati", directeur des études économiques d’Assya Compagnie Financière

Quand M.Touati dit "difficile" il faut comprendre impossible.

 

POUR INVERSER LA COURBE DU CHOMAGE IL FAUDRAIT  au moins 1,5 % de croissance en 2013. On sait que ce n’est pas possible

 

Sur ce sujet de la croissance nous devons de nouveau nous pencher sur le "Rapport de la Commission pour la libération de la croissance française : 300 décisions pour changer la France", commission présidée par Jacques Attali, même si certaines propositions n'entrainent pas l'adhésion et ne pas oublier le rapport Gallois.

 

- Pour relancer la croissance les uns vont dire qu’il faut des réformes structurelles avant tout, d’autres qu’il faut financer des grands travaux, d’autres encore qu’il faut de la recherche et de l’innovation, d’autres encore qu’il faut améliorer l’efficacité de l’enseignement….

Nous serons contraints de mettre en œuvre l’ensemble de ces mesures avec discernement. Le rapport de Louis Gallois évoque de nombreuses questions qui bloquent la croissance citons entre autre  « Le premier bloc de handicaps concerne la recherche, l’innovation et la formation, mal articulées avec l’industrie »

La croissance (sobre) doit devenir une préoccupation de tous les citoyens. On en entend peu parler par rapport aux impôts nouveaux et aux réductions des dépenses. Les pistes à explorer sont multiples, ci-après quelques suggestions parmi un grand nombre.

 

- Les deux plus grands ports de France,  Marseille et Le Havre peuvent être créateurs de nombreux emplois directs et indirects à deux conditions détaillées dans une enquête à paraitre  dans un mois.

 

- Récemment, un sujet a mis en émoi la City pendant quelques jours: le rapatriement de la gestion de l'euro en Europe. (lire : Messieurs les anglais sortez les premiers) Pourquoi ne pas rapatrier la gestion de l´euro à Strasbourg en contrepartie la France accepterait le transfert du parlement européen à Bruxelles, l'économie serait de 200 a 250 million d'euros. ). Transfert qui serait réalisé une fois que le  dvpt de cette activité aurait  généré autant d emplois que d'emplois perdus par le transfert.

 

- Les gaz de schiste : pourquoi ne pas faire des essais tant en recherche sur d'autres techniques que la fracturation et un essai de fracturation sous le contrôle des Verts. A condition que la politique  de transition  énergétique  soit clairement engagée et  sans retour (fermeture de Fessenheim, 50% nucléaire dans 25 ans, développement  éolien offshore, solaire.  Les allemands prennent de l´avance en faveur de la réduction  de la part du nucléaire. Nous allons être à la traine.

 

-Le gaz de houille, dès que les Verts seront convaincus que le Gouvernement ne renonce pas pour autant à la transition énergétique  (lire article du Nouvel Obs), cette exploitation devrait être lancée.

 

 

Réformes structurelles et réduction des déficits de l'Etat, de la SS et des collectivités locales

 

Les pistes sont évoquées dans de multiples rapports dont ceux déjà cités (commission Attali, rapport Gallois), les syndicats tant patronaux que salariés ont certainement des idées (à prendre et à laisser) sur la question

 

-. Parmi les réformes structurelles ,  ne vaudrait-il pas mieux  revenir à 40h sans augmentation de salaires  en contre partie de l’introduction de la cogestion  à l’allemande pour les groupes de  plus 2500 et  des compromis à négocier pour les entreprises au dessous de ce seuil ?  Quand une industrie  ne dispose pas de produits peu concurrencés comme la machine outil allemande et italienne, ce sont les couts qui vont faire la différence. L'accord signé entre les syndicats de salariés (pas tous) et le MEDEF est un exemple à ce titre.

 

- Quitte à diminuer le cout du travail de 14,28% en passant à 40h sans augmentation de salaire, (l´objectif final est de diminuer le nombre de chômeurs), pourquoi ne pas réduire les congés à 4 semaines, soit une réduction supplémentaire des couts  de 2,20% (temps de travail) [3]Cette mesure qui remet en cause les avantages acquits pourrait être revue dans 5 ans à 10 …ans  mais au niveau européen. Le temps de résorber le chômage, le pire des MAUX.

 

Ces  mesures qui entraineraient la fureur des syndicats de salariés  recueilleraient l'approbation des chômeurs.

Contrairement à ce que l'on pense même les salariés en poste y sont favorables (lire article pupi sur le retour aux 39/ 40  heures citant un sondage), en revanche une forte majorité est contre la réduction des salaires qui entrainerait, ce que nous craignons tous (même les marchés financiers): la RECESSION

 

Le train de vie de l’Etat  et ses 1244 agences diverses .Le rapport de l'IGF (Inspection Generale des Finances) constate que les effectifs ont augmenté depuis 2007 de 6% dans ces diverses agences tandis que ceux de ĺ’Etat ont baissé du même pourcentage. Et les moyens financiers sont de 50 Mrds par an.

 

Libérer les énergies : encourager les entrepreneurs, l’interview de Gerard Collomb, maire PS de Lyon, dans Le Monde. devrait contribuer  à réconcilier la gauche du PS avec les entreprises (créatrices d’emplois). Il faut bien trouver des compromis dans l’intérêt des deux parties. Sinon les opposants à tout compromis doivent nous expliquer comment  créer des emplois sans entrepreneur.

 

Et la Sécurité Sociale ? (hors budget et dette de l'Etat) On lira ultérieurement sur le site pupi la proposition: « S.S, va t'on finir comme les anglais ». Elle se résume en deux mots: solidarité et responsabilité.

 

 

LES PLUS

 

Accord historique entre les syndicats de salariés et les employeurs

L´accord signé en janvier par les organisations d'employeurs et plusieurs organisations syndicales dont la CFDT et la CFE CGC est historique. Il suffit de constater l´opposition virulente de la CGT et de FO  pour s'en convaincre. Par définition un compromis, c'est donnant donnant et particulièrement dans la situation actuelle.

On peut compter sur les deux syndicats opposés à cet accord pour en faire la publicité, plus ils le dénigreront, plus la CFDT pourra faire savoir ce qui est positif dans cet accord, MEME les concessions.  Comme si ce qui etait favorable aux employeurs allait contre l'emploi ! Les employeurs ne sont pas composés que de multinationales. Et  ces dernières ne cherche-t-on pas  à les attirer et à les retenir ? 

 

Si les syndicats, tant d'employeurs que de salariés ont à faire connaitre leurs souhaits, ce n´est pas à eux à dicter à l’Etat sa politique économique. Souvenons-nous de la cagnotte de 80 milliards de fr en 2005, L. Jospin voulait rembourser la dette, mais Marc Blondel, le Secrétaire General de Fo de l’époque ..... et J.Chirac, s'y opposaient .Le Gvt n'a pas osé affirmer sa détermination. Depuis 30 ans la France n’a jamais eu un budget équilibré,et pourtant droite et gauche se sont succédées

 

Le gel des salaires des fonctionnaires en 2013

Mesure courageuse , gel du point d'indice pour l'année en cours, à l'exception des plus basses rémunérations (126 000 personnes concernéees).

 

L'appel à produire  français

A Montebourg répète que nous devons produire en France. Beaucoup de chefs d'entreprises et particulièrement les petites et les moyennes y sont sensibles. Produire français, ajoutons européen quand ce n´est pas possible (soit par une répartition des rôles, soit en coopération pour des projets importants, couteux..), doit être une  préoccupation de tous.

 

Par exemple, on se souvient des problèmes survenus pour des avions d’Air France maintenus en Chine. Pourquoi ne pas ajouter un label «MF » : Maintenance France, en attendant un accord entre les européens.  Même chose  pour les couronnes dentaires fabriquées en Chine pour une grande part. Même chose encore pour les médicaments génériques, il serait utile de préciser : « fabriqués en Chine, emballés en France » (voir article de pupi sur ce sujet)

 

On a reproché à juste raison  les propos malheureux d’A. Montebourg, depuis pas de faux pas.  Il devrait s’occuper  aussi avec autant d’énergie des entreprises en création, en développement que des industries très concurrencées et anciennes. Elles le méritent également quand il s’agit de secteurs stratégiques.

 

Il a été critiqué pour avoir demandé la nationalisation de Mittal Florange .On peut se demander si ce n’était pas une action concertée A.Montebourg/ JM Ayrault. L’un réclame la nationalisation pour faire céder le patron de Mittal et le second la refuse pour des raisons de coûts et d’incertitude. Etre opposé par principe à une nationalisation ne tient pas lieu de politique. Le  cas de la papeterie d’Alizay nationalisée  le 23 janvier 2013 par le Conseil Général et revendue le même jour à un groupe thaïlandais le prouve. Aux USA, le Président Obama a nationalisé le premier assureur mondial AIG  puis l’a revendu, de même que Général Motors. L’Etat nationalise, si l’entreprise est « sauvable » et la revend, si possible avec bénéfice, aussitôt sauvée.

 

La consommation préservée

Le gouvernement évite de prendre des mesures à l'espagnole qui réduiraient brutalement la consommation et entraineraient une forte  récession, l'augmentation du chômage et les craintes sur l'avenir plombent la consommation.

 

La  « Mesure phare du Pacte national pour la croissance,le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) équivaut à une baisse de cotisations sociales. Il est complété par un arsenal de huit leviers de compétitivité et 34 mesures concrètes à destination des entreprises, pour mettre la compétitivité au service de tous »mhttp://www.economie.gouv.fr/credit-impot-competitivite-emploi-en-vigueur-au-1er-janvier-2013

 

REFORME DES INSTITUTIONS

Pour ne pas craindre de faire des réformes qui déplairont à son électorat et à d'autres ne faudrait-il pas comme au Chili autoriser deux mandats mais sans la possibilité de se présenter deux fois de suite.

 

 

ALORS FRANCOIS HOLLANDE VA T IL ECHOUER  ,

 

-La politique de rigueur risque de tourner à l'austérité, ce qui entrainera les mêmes résultats que dans les autres pays en difficulté: accroissement de la récession  et rejet des citoyens.

-FH osera-t-il déplaire à ses électeurs ?  La future réforme des retraites  peut laisser penser qu'il osera prendre ce risque[4]comme a pu le faire Nicolas Sarkozy avec les militaires (suppression de bases), le monde judiciaire (suppression de tribunaux)….

-Il  sera difficile de convaincre les membres de la  zone euro  de diminuer drastiquement les taux d'intérêts pour  l'ensemble des membres (Cependant c'est la voie la plus prometteuse pour un assainissement de la dette et ainsi retrouver des marges de manœuvre pour l'Etat).

 

                                                                         20 mars 2013 François Escoffier

[1]
                          Au 31/12/2012, source AFT.

[2]
                 Nous recommandons la lecture du livre de François Langlet « qui va payer la crise ? »

[3]
                        [3]document CFDT sur internet, rare document sur la durée du travail très clair et précis
 

[4]
                        [4]à condition de ne pas geler les plus basses pour ce qui concerne la partie revalorisation
 

 



Les réactions

Avatar François GOUBARD

En effet de bien mauvais signes ne cessent d'être envoyés par le gouvernement actuel. Alors qu'il a fortement augmenté les impôts sur les classes moyennes et supérieures, rien n'est fait pour rationaliser le fonctionnement de l'état, des collectivités. Non seulement on crée 60000 postes d'enseignants alors que nous en avons plus que nos voisins ALLEMANDS en rapport au nombre d'élèves. Par contre, nous formons mal et cela ne peut être reprochés qu'a cette grande administration ( qui ne sait d'ailleurs jamais compter ses oilles) oui, cette administration cogérée par les syndicats ne fonctionne pas. voilà un exemple du laisser aller, un absentéisme record, des grèves à l'infini, des effectifs administratifs énormes, hors de toutes les normes européennes, à l'heure de l'informatique.
des pays nordiques ont investi ( avec des SSII FRANCAISE) dans des outils extraordinaires qui permettent de faire beaucoup à l'aide de logiciels. les enseignants sont en classe et pas dans des bureaux à ne rien faire ou tout simplement s'occuper pour justifier leur job. Bref, ces gens sont certes mal payés mais encore une fois, qu'ils fassent bien ou mal, cela ne change rien pour leur avancement. Alors, regardons ce qui fonctionne bien ailleurs. Le CANADA est un bel exemple; les enseignants performants sont bien payés, les mauvais renvoyés. il faut y venir aussi en France. les Fonctionnaires à vie, cela doit prendre fin.
La FRANCE de Hollande va dans le mur. il ne veut pas déplaire à son électorat alors il voit les emplois disparaître à raison de 1000 par jour. De croissance, il n'y en aura point pour nous car nous ne sommes plus compétitifs. les Grandes entreprises du CAC 40 vont bien en général. Posez vous la question, embauchent elle en France: NON ou très peu sauf dans l'Aéronautique. On produit dans les pays en voie de développement pour rester compétitif.
Peut on le redevenir en FRANCE : OUI mais il faut du courage politique.
en effet, depuis 30 ans, personne ne dit la vérité au peuple. les 35 heures ont précipité la France et pendant ce temps, un chancelier socialiste ALLEMAND faisait un très bon travail qui permet maintenant au PAYS d'être très compétitif. OUI, les syndicats Allemands sont plus responsables que les nôtres. ils ont acceptés des efforts de 2000 à 2007 et maintenant ils n'ont que 7 % de chômage et un pays qui exportent à plein; et ils ne se plaignent pas de l'euro fort.
réduisons le coût de fonctionnement de l'état et collectivités en tout genre de 50 à70 milliards par an en 3 ans, revenons avant 2017 à un budget équilibré et enfin, faisons travailler les français 39 ou 40 heures à salaire égal, bloquons les salaires, les retraites, les dividendes, à leur niveau actuel pendant 2 à 3 ans et on va assainir. il faut revenir à un coût de fonctionnement de l'état inférieur à 50 % sous deux ans.
Encourageons la création d'entreprise, oui en laissant investir ceux qui le peuvent sans leur mettre tant de contraintes administratives et alors, si on double ce nombre, on videra la poche du nombre de chômeurs. Enfin, il faut réduire voir supprimer nombre d'aides diverses qui encouragent beaucoup de gens à ne rien faire en FRANCE , voire même à venir s'y installer même sans papiers, quand ils savent que certains gouvernements ou partis de bobos poussent à la régularisation de personnes qui viennent aussitôt gonfler les rangs des assistés. Tout cela est décourageant pour ceux qui triment pour le SMIC ou un peu plus et qui se lèvent tôt le matin, font des heures de transports en commun , sont bien fatigués alors que d'autres, parfois leurs voisins, restent au lit jusqu'à 10 heures, ont trop de choses gratuites, etc. TOUT CELA doit prendre fin et vite si l'on veut éviter cette fois un MAI 68 , non pas par les étudiants, mais par ceux qui ont beaucoup travaillé, qui travaillent beaucoup, à qui on demande de payer trop d'impôts qui vont dans un puits sans fond.

enfin, je rejoins ceux qui proposent que les politiciens ne puissent pas faire plus de 2 mandats dans leur vie, plus jamais être fonctionnaire élu et avoir la faculté de revenir dans l'administration en cas d'échec. Bref, que tout le monde soit au même point.
Si la FRANCE veut un bel exemple de redressement, envoyez une mission parlementaire au CANADA , ils ont connu des heures très difficiles, ils ont "coupé" dans les dépenses publiques comme ils disent et ils sont revenus à l'équilibre budgétaire plus vite que ce qu'ils avait espéré.
C'est possible de s'en sortir mais il faut du COURAGE POLITIQUE.

Le 24-03-2013 à 09:57:37

Avatar Joseph Chantraine

super ces articles et commentaires, à actualiser avec des données en évolution; permettre de lire la suite ou des précisions par un lien facilement utilisable.

Le 27-04-2014 à 16:09:18

Réagir


CAPTCHA