Perte du logement : est-ce inéluctable ?

 

Vous avez 35 40 ans vous avez acheté avec votre conjoint ou seul, votre appartement et vous vous retrouvez brutalement au chômage.

 

Dans la situation de crise actuelle nombre de propriétaires de logements vont se retrouver dans la situation  de ce salarié de PSA Aulnay cité dans le Monde du 20 septembre, « on ne peut pas nous dire de prendre nos cliques et nos claques du jour au lendemain. Beaucoup ont investi leur vie à Aulnay, ont acheté une maison, remboursent des crédits. Quand on nous a annoncé la fermeture, c'était horrible, des centaines de salariés sont allés à l'infirmerie pour en parler, on n'y croyait pas.

Il va se trouver lui-même dans la situation de  millions d'américains et des centaines de milliers d’espagnols  (Comprendre la crise espagnole, lien ci-dessous).Les uns piégés par les subprimes (E-U saisies immobiliéres douteuses), les autres par la bulle immobilière et le chômage qui a suivi.

 

Résultat: des drames humains à répétition.

 

Vous avez déjà payé 5, 10 ou 15 ans de votre appartement, de votre maison et vous voilà dehors.

Drame économique: un marché immobilier en panne de construction (trop de logements vides, cas. Espagnol), entreprises du bâtiment devant licencier, chute de la consommation, récession. Et pour couronner le tout l'Etat obligé de secourir les banques pour éviter que tout s'écroule (au minimum 60 Mrds d’ euros en Espagne) Une dépêche de Boursorama AFP du 28/9  titrait : le sauvetage record de Bankia fait tanguer l’Espagne sur les marchés (1).

 

Quoi faire ? Donner du temps aux nouveaux chômeurs. En constituant un fonds provenant entre autres des grandes entreprises qui licencient.

 

Ce fonds ferait une avance aux chômeurs correspondant à la partie du prêt  ne pouvant pas être prise en charge par les intéressés.

Cette avance aurait une durée maximum de 5 ans pendant laquelle le chômeur soit retrouverait du travail, soit prendrait le temps de vendre son bien.

Le prêt pourrait être rééchelonné sans augmentation des coûts  d’aucune sorte (=augmentation de la durée du prêt et diminution de l’échéance).

Cette facilité serait ouverte aux nouveaux chômeurs qui ont déjà remboursé 5 ans de leur prêt si la durée du prêt est de 15/20 ans, et  3 ans si la durée du prêt se situe entre 7 et 15 ans.

 

Ce fonds (cette avance) pourrait être géré par les contributeurs, les grandes entreprises ayant licencié, des représentant(e)s des contribuables imposés provisoirement à 75% ainsi que des représentants des principaux syndicats.  Les deux premières catégories de contributeurs constateraient de visu les ravages des réductions d’effectif souvent nécessaires.

La contribution  des grandes entreprises réduisant leur effectif correspondrait à une part de l’économie.

Ainsi les chômeurs acquéreurs  ne perdraient pas tout (ils perdent déjà leur travail). Les banques n'auraient pas à recourir au budget de l'Etat ( les impôts des entreprises et des particuliers).

 

Pour lutter contre la récession le Gouvernement ne doit-il pas tout faire, dans la mesure du possible pour assainir ce secteur ?

Le dicton : "quand le bâtiment va tout va" semble se vérifier y compris  aux Etats Unis  (le Monde du 26 09 12),"Si l'élection américaine se joue sur les chiffres de l'économie, et si l'économie, comme beaucoup l'assurent aux Etats-Unis, commence par le marché immobilier, le dernier indice  .... rendu public mardi 25 septembre, a de quoi donner beaucoup d'espoirs à Barack Obama.

 

Le même article précisait  "Lors de son annonce du lancement d'un nouveau plan de relance économique, il y a deux semaines, le patron de la Réserve fédérale (Fed, banque centrale américaine), avait noté qu'immobilier et construction restaient "le piston manquant du moteur" économique américain. 

Souhaitons que ce piston retrouve de la vigueur en France.                                                   "

 

                                              François Escoffier  30 septembre 2012

 

 

 

(1) Quand une banque s'écroule ce sont tous ses clients, les  particuliers, les artisans et petites entreprises qui en pâtissent en priorité , la plupart n’ont qu’un seul compte. Les particuliers  y ont mis leur épargne  leur salaire ou pension

 

 

Vous pouvez écrire soit sur le site soit à l’adresse suivante pupi.site@gmail.com 



Réagir


CAPTCHA