CNTPA: des dockers rebelles

DOCKERS CNTPA-CFDT, D’OU VIENNENT-ILS, QUI SONT-ILS ?

 

 

Un syndicat de dockers qui n’est pas CGT et qui regroupe la majorité chez les dockers des de  Dunkerque et de St Nazaire.

Etrange, que s’est-il passé ?

 

Franck Gonsse Secrétaire Général National du CNTPA-CFDT nous l’explique.

 

En 1992, la loi modifie le régime de travail dans les ports (Secrétaire d’Etat, Le Drian). Quoi faire, continuer une  grève se demandent les dockers du port du Nord ou aller négocier cette réforme ? 

 

Les dockers CGT de Dunkerque n’arrivent pas à communiquer positivement avec leur Fédération des Ports et Docks (siège à Montreuil).

 

Ce conflit sera très dur  pour les anciens de la CGT, considérant  les dockers du nouveau syndicat dénommé CSOPMI comme des traitres. Cette querelle a entraîné des drames familiaux car les grands-pères et pères à la retraite étaient CGT dans l'âme et ne pouvaient comprendre de lâcher la CGT.

Les jeunes voyaient leur avenir avec inquiétude. Le port périclitait. Pour eux la grève ne pouvait pas être le seul moyen de régler les problèmes. Ils ont préféré aller vers un syndicalisme moderne fondé sur le dialogue social. Les dockers ont suivi en masse la CSOPMI qui deviendra le CNTPA

 

Le CSOPMI qui deviendra CNTPA va essaimer à la même époque et pour les mêmes raisons à St Nazaire, il poursuit sa route aussi  à Marseille près de 200 salariés du GPM (Grand Port Maritime)  et de Fluxel (hydrocarbures) y ont adhéré. A Marseille tous les dockers sont CGT, et il n'y a pas de raison que ça change à moins d'un conflit violent qui mette en péril le port, surtout Marseille Est.

 

Il faut croire que cette attitude favorable au dialogue social, porte ces fruits : le port de Dunkerque a atteint 57,7 millions de tonnes en 2008 son record.

 

Dunkerque a régressé en 2013, la fermeture de la raffinerie de Total en était la cause,  Marseille/Fos a connu les mêmes difficultés.

 

Le port de Dunkerque a donc des tonnages en croissance malgré la crise, alors que les ports de Marseille et  du Havre stagneraient cette année.

 

Rappelons que le port du Havre a beaucoup progressé ces dernières années en nombre de conteneurs, sans doute que l'attitude du syndicat CGT des dockers de ce port n'y est pas pour rien.

 

Si Dunkerque progresse, il  faut dire que les responsables du CNTPA  mettent  la main à la pâte pour ramener les clients. Ils n'ont pas hésité à faire des déplacements commerciaux et se déplacer par exemple dans les Antilles avec les dirigeants pour rencontrer les exportateurs de bananes.

 

Nous avons noté sur plusieurs points une similitude des syndicats de dockers du Havre (CGT) et de Dunkerque (CNTPA-CFDT).

Les deux n'hésitent pas à accompagner leurs dirigeants pour faire la promotion de leur port.

Tous les deux regrettent l'absence de stratégie å moyen terme de l'État et des stratégies différentes dues aux fréquents changements de directeur ou directrice.

 

Ils s'intéressent de très près à mise en œuvre de la stratégie quand elle est définie.

 

Le sujet de la gestion locale ou centralisée des ports a été abordé.

 

Franck Gonsse est favorable à une gestion locale des ports avec les acteurs locaux qui connaissent mieux que tous les besoins en matière d’investissement en infrastructures.

A une  condition toutefois, que le Port lui-même et les aménagements restent la propriété de l'État. Car il craint le désintéressement total de l’état de ses ports français, ce qui serait dangereux pour leur avenir.

 

Il craint que le transfert de propriété à une collectivité locale (la Région) assèche les financements provenant de l'État : « C'est votre affaire ce n'est plus la nôtre ».

 

Cette crainte compréhensible peut-elle être apaisée ? A Rotterdam, premier port européen et 4iéme mondial, le capital de la Sté  propriétaire des infrastructures est réparti entre la ville (70%) et l’Etat 30%.

 

En France, actuellement, l'Etat participe aux investissements publics locaux pour nombre d'équipements dont le maitre d'ouvrage est un échelon local (région, département, agglomération... et bientôt métropole. Pourquoi se désintéresserait-il des ports ?  Il est vrai qu’il peut différer dans les périodes actuelles, la réalisation des investissements.

 

L’avenir du port de Dunkerque semble prometteur. Parmi les facteurs  qui favorisent le dynamisme du port de Dunkerque, la proximité du Havre favorise la concurrence comme Anvers et Rotterdam très proche l’un de l’autre.

 

xxxxxxxxxxxxxxx

 

François Escoffier   19 janvier 2015



Réagir


CAPTCHA