Rigueur et croissance: souplesse pour les TPE et PE ?

 

Les TPE et PE créent aussi de l’emploi

 

 

Sur 3,411 millions d’entreprises on compte selon les chiffres de l’Insee  de 2010 94.38% d’entreprises de 0 à 9 salariés et parmi  elles moins d’un million de 1 à 9 salariés.

 

Pour l’instant tous les gouvernements de la zone euro ont choisi l’austérité avec les drames  et le succès  que l’on sait.  Pour favoriser la croissance,  les uns disent, financement d’infrastructures et les autres, réformes de structures : les résultats se font attendre. Et si parmi les multiples solutions possibles on introduisait de la souplesse dans la gestion des effectifs des TPE et PE ?

 

Prenons le cas d’un artisan qui est seul et d’une petite  entreprise  de plusieurs salariés, qui   hésitent toujours à embaucher car le moindre ralentissement de la conjoncture , le moindre problème (le donneur d'ordre qui ne paie pas ou qui tarde à payer) peut être fatal à l’entreprise.  Le licenciement est difficile. Ils connaissent mal les lois, ils n’ont pas le temps, ils n’ont pas l’argent pour  recourir à des spécialistes.

 

Ils craignent par-dessous tout de déposer leur bilan , de se retrouver au chômage (s’ils n’ont pas le statut de gérant salarié, ils n’ont pas droit aux indemnités  de chômage), de n’avoir plus un sou au cas où ils n’auraient pas eu le temps de constituer des réserves.

 

Les conditions administratives de licenciement ne pourraient-elles  pas être plus légères pour les petites entreprises ?

 

Posant la question à une syndicaliste, elle me répondit : pour les entreprises de moins de 50 salariés, elle comprend le problème.   Elle ajouta, c’est surtout les méthodes des multinationales qui nous préoccupent.  Entre les TPE et les multinationales il y a de l’espace… pour des initiatives.

 

Le gouvernement qui veut relancer la croissance et réduire le chômage ne devrait-il pas  prendre  des mesures dans ce sens ? Mesures qui seraient différentes suivant la taille des entreprises.

 

Supposer  que pour une entreprise de 5 , 10  personnes  voir plus , il soit très simple de débaucher ou d’embaucher, le résultat pourrait être très positif entre autre pour les plus de 50 ans qui ont beaucoup de mal à se recaser.

 

S’il y a flexibilité, variable suivant la taille il faut qu’en compensation il y ait la sécurité pour les salariés flexibles (quel gros mot !). Il faudrait  une sécurité au  niveau du revenu. Et par les temps qui courent,  il faudrait que le système soit neutre pour les finances de Pôle Emploi. Mais est-ce possible ? Le flexsécurité a coûté chère au Danemark. Si le nombre d’heures travaillées augmentait sensiblement, ce qui  serait donné d’un coté serait récupéré de l’autre.

 

Le gouvernement ne pourrait-il pas  faire des essais dans quelques départements  volontaires ?

 

                                                                                                      5  septembre 2012

 



Les réactions

Avatar Joseph Chantraine

excellent article

Le 30-04-2013 à 00:17:44

Réagir


CAPTCHA